Indes Galantes : une nouvelle prise de la Bastille

L’opéra bastille rouvre ses portes ce jeudi 8 septembre pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, pour l’avant-première du film de Philippe Béziat, Indes Galantes. Un documentaire sur la réinterprétation du chef d’œuvre baroque de Jean Philippe Rameau par Bintou Dembélé et Clément Cogitore. Un an après, les artistes se retrouvent dans l’opéra parisien mais cette fois-ci pour se voir à l’écran.

Pour l’avant-première du film documentaire de Philippe Béziat, la jauge de spectateurs autorisés est au max. Les danseurs et chanteurs se retrouvent dans la salle et se check du coude. Ils ont les yeux qui pétillent à l’idée de se voir sur grand écran, après avoir été suivi pendant près de trois ans par les caméras. Indes galantes relate la rencontre entre la danse urbaine et le chant lyrique sur un chef-d’œuvre baroque. Le documentaire démarre par des Instas Storys des danseurs qui filment leur répétition du quotidien, avec leurs voix en fonds sonores ce qui nous permet de faire leur connaissance.

Pour le spectacle, trente danseurs de hip-hop, flexing, break, krump et voguing ainsi que huit chanteurs lyriques ont été réunis. C’est une première pour les danseurs, c’est une première pour le duo Clément Cogitore et Bintou Dembélé et une première pour l’Opéra de Paris. A la direction musicale et chef d’orchestre : Leonardo Garcia Alarcon. Au moment des répétitions, dans le documentaire, les danseurs sont ébahis devant le leadership du musicien à baguette « Mais quel leader Leonardo, quand il parle j’ai envie de l’écouter alors que c’est le chef des musiciens, il me fait trembler ! » s’exprime un des danseurs, sur un ton étonné et les yeux scintillants.

Détourner est la règle d’or

L’émotion est à son comble, à la fois pour le spectateur mais aussi pour les acteurs de ce documentaire « C’est incroyable, je n’aurais jamais cru que l’opéra m’aurait touché aux larmes. Les gens ne se rendent pas compte du talent que ces personnes-là ont ». C’est ce que transmet l’une des danseuses sur les chanteurs d’Opéra. Cette symbiose entre le Street-dance et le chant lyrique se fait sentir à tous les niveaux. Clément Cogitore explique son intention : « Ce spectacle je voudrais qu’il puisse raconter les tensions entre les corps, les groupes et qui va petit à petit aller jusqu’à l’explosion ». Un propos qui colle très bien avec celui de Bintou Dembélé : « Je vais essayer de faire ce que j’ai l’habitude de faire, qui est le mot d’ordre du hip-hop, c’est détourner ». Le documentaire, bien construit, diffuse certains extraits du spectacle en représentation, avec des coupes mixées aux répétitions. Ce qui permet d’avoir à la fois ce naturel en entrant directement dans le quotidien de la troupe, mais aussi les réactions du public qui sont spectaculaires.

C’est le 23 août 1735 que le public français découvre pour la première fois les Indes galantes, un opéra ballet de Jean Philippe Rameau. L’opéra-ballet connait son âge d’or du XVIIème et XVIIIème siècle. Dans ce spectacle, le thème exposé est celui de la jeunesse européenne qui délaisse l’amour au profit de la guerre. Les dieux décident alors d’envoyer les amours vers des contrées plus lointaines. Comme dans la plupart des œuvres de l’époque, la vision de l’étranger apparaît déformée, comme témoigne le quatrième tableau du spectacle, par ailleurs le plus célèbre, qui reprend le mythe du « bon sauvage » et idéalise le peuple indigène. Ce genre mêle danse, chœurs et symphonies mais a aussi pour objectif d’être spectaculaire. Un objectif réitéré trois siècles plus tard avec un tout autre genre. Un pari réussi.

Comme le fait comprendre Philippe Béziat et Clément Cogitore à travers ce documentaire, une nouvelle génération d’artistes, « la jeunesse de Paris a aujourd’hui pris la Bastille », grâce à ce spectacle Les Indes Galantes.

Laura Ouvrard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :